Contre toute attente, la Russie 1/2

A forcer de regarder des vidéos youtube et de lire différentes histoires, l’arrivée en Russie relève pour moi d’un grand mystère. Que va t’il se passer après avoir passé ces barrières ? Si c’est comme dans le top des accidents russes, je vais pas faire long feu.
La frontière ? Et bien ce sera la plus simple que j’ai eu à franchir depuis le début en moins d’1h c’était plié et on était 4 ! Pas de fouille des bagages, un grand sourire et « Welcome to Russia » !

On se demande si on a bien passé la frontière tellement c’était facile … Allez on prend la direction de Barnaul que l’on atteindra le lendemain. En attendant on fait du change. On rentre dans une banque, personne ne parle anglais ou presque on nous explique qu’on ne peut pas le faire dans celle-ci mais dans une autre un peu plus loin, on ne comprend pas vraiment la direction. Un homme se lève (il était en train de discuter avec une banquière) nous propose de le suivre, nous emmène à l’autre banque et repart à son rendez-vous. Merci monsieur ! Le groupe se sépare, Tobias & Wolfgang d’un côté, Matthias et moi de même de l’autre.

Pourquoi Barnaul ? Pour le bike bar biensur ! Il y a aussi plusieurs mécanos si besoin et c’est le croisement avec la route principale qui part en direction de l’Altaï et la Mongolie.

Nous faisons la rencontre de Robert un anglais qui va jusqu’en Australie , il compte y travailler pour continuer son voyage encore longtemps. Il a déjà fait ce voyage il y a 2 ans et il a eu un accident en Mongolie. Donc il recommence pour aller au bout cette fois (aux dernières nouvelles tout va bien il travaille là bas). Il nous présente Anna, une russe qui parle parfaitement anglais qu’il avait rencontré lors de son dernier passage, il l’a surnommé « google translate » 🙂
Trouver quelqu’un qui parle anglais en Russie semble être particulièrement compliqué.

Faire du shopping avec un pneu c’est normal pas vrai Matthias ?!

Mais pendant ce temps où est ma carte bleue ? Pour rappel elle ne fonctionne plus depuis le Kazakhstan. Par chance l’agence DHL se trouve à 100 mètres de notre auberge de jeunesse. Elle arrive dans les temps, et me voilà avec ma nouvelle CB qui marche !! J’achète tant bien que mal une carte sim russe histoire de pouvoir appeler Vera & Vitaly et oui le fameux couple que j’ai rencontré au Monténégro au début de mon voyage. Ils me proposent de m’héberger à Moscou quand j’aurai fini ma boucle vers le Baïkal.

Suite à l’attente de ma cb, je vais arriver le jour de la fête nationale en Mongolie qui dure 3 jours. Est-ce que les frontières seront ouvertes ? J’appelle l’ambassade de France en Mongolie qui me répond « Biensur, la vie continue ici ». Et bien vendu! Le lendemain, pendant que Matthias & Robert se dirigent vers le festival de moto à Barnaul, je prends la direction de la Mongolie.

Bye Matthias et Robert, bonne continuation pour la suite & merci.

Et c’est parti pour à peu près 800kms jusqu’à la frontière Mongole.

Bienvenue dans l’Altaï, c’est légèrement humide & frais. Les TKC80 se montrent rassurant et j’enroule tranquillement.

On y trouve de nombreux terrains pour faire du camping (ils peuvent être payants).

Et j’y rencontre un couple russe en vacances. Une soirée mémorable malgré la descente de la bouteille de vodka avec nikolaï ! Ma tente n’était pas évidente à trouver après ça 🙂

Le réveil le lendemain est un petit peu compliqué (je ne vois pas pourquoi mais bon…). Je reprendrai finalement la route vers 11h30… Moi qui ne voulais pas arriver trop tard à la frontière c’est raté.

L’Altaï quelle région magnifique.

Le dernier village avant la Mongolie est en vue !

La frontière est fermée pour 5 jours. On m’explique qu’on ne me laissera pas sortir de Russie parce qu’il n’y a personne à la frontière de l’autre côté. Il y a un no man’s land de plusieurs kilomètres entre les deux pays. Merci à l’ambassade française pour l’information 3 jours plus tôt. (Dans les faits, les grandes frontières étaient encore ouverte mais pas les petites donc pas la mienne évidemment)

Bon et maintenant qu’es-ce que je fais ? J’attends que la frontière ouvre et je vais en Mongolie ? Mais après ça il me sera impossible de revenir dans les temps avant l’expiration de mon visa russe. J’expédie la moto de Mongolie ? Trop cher et/ou trop long. Pour récupérer ma moto au mois de février en Allemagne ce n’est pas pratique… Le lac Baïkal par la route ? plus de 3000 kms rectilignes sur le bitume.

Les idées fusent dans tous les sens et je décide d’aller plus tôt à Moscou. Je passerai la nuit dans l’avant dernier village avant la frontière avec 2 motards dont le fameux finlandais. Ils sont arrivés ce matin et même problème que moi concernant la frontière. Cette frontière fermée sera le premier point du retour 😦

Et 800 kms dans l’autre sens et bien je peux vous dire que c’est dur surtout avec une crevaison supplémentaire. En plus je casse ma clé de 17 pour démonter la roue avant. Quand le sort s’acharne je vous jure. J’arrête un 4×4, un russe qui parle anglais, me prête ses outils et c’est reparti !

Je croise Matthias & Robert alors qu’on c’était dit au revoir 4 jours auparavant,  en leur expliquant ce qui c’était passé, ils prendront donc un peu plus de temps dans l’Altaï avant de franchir la frontière.

De retour à Barnaul je retourne dans mon auberge de jeunesse fort sympathique. Alyona qui y travaille, me propose de venir avec elle à son cours d’anglais afin d’échanger avec les autres élèves. (Ma prof d’anglais du collège serait certainement choquée d’apprendre ça). Dommage que le cours n’était pas plus long, pour une fois que je veux rester à un cours d’anglais ! lol

Je prends contact avec Anna (google translate !!) qui me sera d’un grand secours pour me permettre d’expédier la moto à Moscou. Moscou par la route ? C’est pas loin de 3000 kms aussi et je n’ai pas la motivation pour rouler sur une grande ligne droite pendant plusieurs jours. Elle me fera un petit document avec une partie en anglais une partie en russe, me donnera l’adresse de la compagnie à Novossibirsk et à partir de là à mon tour de jouer.
Depuis quelques années il n’est plus possible d’envoyer des véhicules par les trains voyageurs il faut donc faire appel à une compagnie de fret. Les délais ne sont pas les mêmes non plus. Merci Anna, ça aurait été bien difficile de faire ça tout seul pour ne pas dire impossible.

Je trouve une auberge de jeunesse pas trop loin de l’entreprise de fret à Novossibirsk. Personne ne parle anglais dans les entrepôts (comme d’habitude) heureusement que j’ai le petit document rédigé par Anna. Une petite équipe lit le papier sur lequel était écrit, « caisse en bois » « Moscou » et quelques autres détails. C’est parti pour la pesée avec le réservoir presque vide.

269kgs avec les valises latérales pleines, 4L d’essence dans des jerrycan, mes affaires de camping et mon équipement de moto. J’ai certainement pris trop de choses en partant de France pour arriver à ce poids.

Et vive le film alimentaire !

Maintenant que la moto est dans sa boite je vais visiter Novossibirsk qui est quand même la 3ème ville du pays. A peine arrivé devant le plan de la ville, on s’adresse à moi en me demandant si j’avais besoin d’aide?! C’est sur nous ne sommes pas en France.

La ville en elle même n’est pas particulièrement jolie. Peu de choses à voir et en plus c’est immense. Donc je déambule pendant des heures dans les rues.

La fameuse gare du Transsibérien. Mais pour moi ce sera l’avion ! Les prix sont sensiblement les mêmes mais le temps de trajet passe de quelques heures à 3 jours.

Rendez vous à Moscou !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s